L'enfant et son deuil

L'enfant et son deuil

Le vécu du deuil pour un enfant , qui a perdu une personne de son entourage, varie en fonction de l'âge de l'enfant.

De 0 à 3 ans : l'enfant, sur le plan affectif est une sorte « d'éponge ».
Il n'a pas conscience de la disparition de l'être, mais il ressent profondément ce que ressentent les autres, comme la tristesse. Il peut être envahi par des angoisses de séparation.

De 4 à 6 ans : l'enfant a conscience de la mort , mais il la perçoit comme temporaire.
Il protège ses parents attristés, trop parfois, car il ne peut exprimer sa propre souffrance, qui peut se réveiller bien des années plus tard de façon inconsciente et invalidante.

Entre 7 et 10 ans : il comprend que la mort est irréversible.
Il éprouve un fort sentiment de culpabilité, car il croit que ses pensées ont pu changer le cours des choses.

L'adolescence est une période à risque, car elle est, à elle seule, une période de deuil (deuil de l'enfance).
Très souvent, les enfants ont besoin de conserver un lien avec la personne disparue et il arrive fréquemment qu'on "surprenne" l'enfant parlant avec elle, parfois il mime cette mort. Ce ne sont pas des réactions anormales.
Les adultes doivent être à l'écoute des enfants : savoir les entourer, ne pas les exclure du temps de fin de vie, ni des cérémonies funéraires, leur expliquer avec des mots simples la situation, les déculpabiliser, les rassurer et leur permettre d'exprimer leur souffrance. Ils ont, eux-aussi, besoin de temps pour réaliser la disparition d'un être.

source: Dr Jean-louis Crouan sur funebra.be 

©2019 Inmemoriam - une initiative de Mediahuis - Website by Brainlane