Le testament traditionnel n’a plus la cote

Le testament traditionnel n’a plus la cote

Intérêt croissant pour les aspects émotionnel et électronique de la succession.
Delta Lloyd Life publie les résultats de son enquête “La succession en Belgique”. L’enquête fait apparaître que la moitié des Belges hésite à pousser la porte d’un notaire. Pourtant, ¾ des répondants reconnaissent que le fait de planifier leur succession les tranquilliserait.

Les trois éléments principaux de l’héritage d’un proche sont pour nos compatriotes:
(1) ses souvenirs et messages personnels,
(2) les instructions pour ses funérailles et
(3) le détail de la répartition de ses avoirs et biens financiers.

Le testament ‘financier’ traditionnel n’a plus la cote. L’héritage moderne est ‘émotionnel’ et ‘numérique’.
En août 2012 l’assureur vie a mené une enquête en collaboration avec le bureau d’études de marché
Ivox auprès de 500 Belges concernant la planification de leur propre succession et de celle de leurs
proches. « La succession et l’héritage restent des sujets tabous, » précise Annelore Van Herreweghe,
porte-parole de Delta Lloyd Life. « Pourtant, 65 % des Belges ont déjà pris des dispositions ou en ont
l’intention. Néanmoins, près de la moitié des répondants se soucie assez peu de sa succession (53 %) et
hésite à s’adresser à un notaire (49 %). Les gens évoluent, leur testament aussi. Le testament traditionnel qui se limite à la répartition des biens financiers a vécu. De nos jours, on lègue beaucoup plus que de l’argent et des choses matérielles. Nos biens émotionnels ont le vent en poupe (64 %) : les souvenirs et les messages personnels tels que les photos, les vidéos, les profils numériques, la communication électronique,... sont aujourd’hui ce que l’on a de plus précieux. Les instructions pour les funérailles sont elles aussi considérées comme plus importantes (63 %) que la simple description
des biens financiers (50%). »


62 % des répondants ne conservent pas de documents ni d’objets importants dans un coffre et n’ont
pas non plus l’intention de le faire. Un peu plus de la moitié estime toutefois que ce genre de document
ou d’objet devrait se trouver dans un coffre.

©2019 Inmemoriam - une initiative de Mediahuis - Website by Brainlane