On vit plus vieux grâce à la prévention

On vit plus vieux grâce à la prévention

Un quart des décès chez les hommes peuvent être évités. Le cancer du poumon, les maladies cardiovasculaires et la cirrhose: s'ils ont tué un homme avant son 75e anniversaire, ils auraient pu être évités.

Plus de la moitié des cas de mort prématurée -c'est à dire avant l'âge de 75 ans- pourraient être évités grâce à la prévention. C'est ce qu'il ressort de la présentation faite récemment par le ministre de Bien-être.

Chez les femmes, un décès sur huit (soit quelque 800) est évitable, et chez les hommes un quart même (2.800). Cela s'explique par le fait que les affections telles que le cancer du poumon, les cardiopathies ischémiques et la cirrhose répresentent plus de la moitié des décès. Or, on peut respectivement les éviter en ne fumant pas, en mangeant bien et en bougeant assez, ainsi qu'en réduisant drastiquement sa consommation d'alcool. Ces maladies se traduisent médicalement par une diminution de l'apport sanguin au coeur, le plus souvent à cause d'un rétrécissement des artères.

De plus, si les soins de santés sont bons (vaccination, dépistage précoce, traitement), on peut encore éviter quelques décès, ce qui fait passer le pourcentage des décès évitables à 41.
Au moment de leur décès , les gens ont atteint un âge plus avencé. C'est une tendance qui se reflète dans les chiffres de la mortalité des maladies cardiaques. Le risque d'en décéder a diminué de plus d'un quart ces dix dernières années. "Cela ne veut pas dire que moins de monde décède de maladie cardiovasculaire, mais les gens sont plus vieux lorsque cela arrive", explique Anne Kongs, épidémiologue de l'agence Soins et Santé. On attribue cette évolution à une meilleure prévention ainsi qu'à de meilleurs traitements. Chez les hommes, les maladies cardiovasculaires sont devenues la cause la plus importante de décès après le cancer. Cela dit, le cancer a lui aussi augmenté, de 15 pour cent.

Depuis 2000, le nombre de décès liés à la démence a augmenté d'un tiers. Rien d'étonnant si l'on considère le vieillissement de la population. Les femmes sont plus durement touchées: deux fois plus de femmes que d'hommes décèdent de la démence ou de la maladie d'Alzheimer.

De manière générale, le nombre de suicides a chuté. Ce qui n'empêche que le taux de suicide est une fois et demie plus haut que la moyenne européenne. Et chez les femmes, il n'y a que dans deux autres états membres que ce chiffre est dépassé.

L'espérance de vie est donc un peu plus longue. Un bébé né atteindra l'âge de 83,4 ans pour une fille et l'âge de 78,6 ans pour un garçon. Cependant, les hommes sont en train de rattraper leur retard. Leur espérance de vie augmente de trois mois chaque année, contre deux pour les femmes.

source: funebra.be